Récit d’Eléonore avant et après le vaccin de la rougeole

Texte composé en été 2006.

La première année de sa vie, notre fille Eléonore était un bébé en pleine santé. Elle ne présenta aucun symptôme (ni ORL, ni bronchique) et digérait parfaitement le lait maternisé que nous lui proposions. C’était un bébé souriant et joyeux de vivre. Elle gazouillait et jouait avec tout ce qui lui tombait sous la main. Les vaccinations habituelles de la première année ne posèrent pas de problème particulier.

Puis, vint le jour de la vaccination de la rougeole. Très vite son état général déclina, elle s’enfonça dans sa petite chaise, n’émettant plus aucun mouvement, elle était comme prostrée. Une otite bilatérale interne d’une rare violence fut le premier symptôme, suivie quelques jours après par une pneumonie d’une telle gravité qu’elle dû recevoir son antibiothérapie par voie intraveineuse. Mais les symptômes qui durèrent le plus longtemps, (plus de 6 mois) furent des troubles intestinaux permanents. Dès ce jour, elle ne supporta plus son alimentation (le lait maternisé) et dix ans après, les protéines de lait ne sont toujours pas digérées correctement.

Je n’ai jamais vraiment retrouvé ma petite fille d’avant la vaccination. Quelque chose était comme cassé en elle. Tant sur le plan physique que psychique. Chaque fois qu’elle tombait malade, elle avait une bronchite de type asthmatiforme. Des nuits entières, elle ne s’arrêtait pas de tousser. Entre l’âge de un an et 8 ans, on ne compte pas les toux qu’elle a produites. Ce fut le symptôme physique prépondérant. S’en suivit une allergie aux poils de chat.

Sur le plan psychique, j’avais le sentiment de la voir régresser. Elle avait très peu de réactions, et restait des heures sur mes genoux sans rien dire. Elle ne joua plus jamais pendant plusieurs années! Au lieu d’avancer en éveil comme tous les enfants, elle régressait. C’était en apparence une enfant calme. Nous savons aujourd’hui que s’installaient déjà les premiers symptômes analogues à l’autisme.

Ce qui fonctionna vite et bien fut l’apprentissage de la parole qu’elle avait acquise avant la vaccination, en effet, elle était une enfant très précoce au niveau de la parole (bilingue au départ), en revanche reconnaître et restituer les couleurs fut impossible pour elle avant l’âge de 5 ans. Mais ce qui était le plus marquant, c’est qu’elle ne touchait plus vraiment les objets. Elle avait perdu toute sa vivacité acquise la première année. Voir un enfant ne pas jouer est inquiétant. Elle disait constamment qu’elle souhaitait retourner dans mon ventre.
Elle commença l’école un peu avant ses 4 ans, et très vite son institutrice nous fit savoir qu’elle ne participait pas aux activités de la classe, qu’elle avait très peu de contacts avec ses petits camarades. A la récréation, elle restait toujours dans un coin du préau, isolée. Nous avons d’abord attribué cela au fait que les autres élèves de la classe avaient tous plusieurs mois d’avance sur elle. En fait, il s’agissait déjà de symptômes qui n’annonçaient rien de bon.

Les premières années d’école furent un supplice, rien n’allait, ses maîtresses s’arrachaient les cheveux pour obtenir quelque chose d’elle, nous avions toujours des informations négatives la concernant, mais le corps médical ne fut pas spécialement alerté, car elle semblait normale en apparence.

En première primaire, son écriture était chaotique et elle avait énormément de peine à l’apprentissage de la lecture, un exemple, si on lui demandait de lire papa, elle nous disait la première syllabe, mais le seconde ne sortait jamais de sa bouche, comme si quelque chose en elle l’empêchait d’attacher les syllabes entre elles.

A 6 ans, un test psychologique nous informa qu’elle ne dépassait pas un âge mental de 2 ans. Le psychologue qui procéda aux tests était très inquiet de l’état de ma fille, tant elle avait de lacunes. Lors du test, si on lui montrait un parapluie, elle disait qu’il s’agissait d’un parapluie, mais n’avait aucune idée de son utilité. Elle ne distinguait pas bien les couleurs. Quant à associer plusieurs éléments ensemble comme les mathématiques, c’était impossible pour elle.

En revanche, elle était très observatrice et si un détail changeait dans son quotidien, elle était la seule à le repérer.

Après avoir eu bons nombres d’échanges avec son inspecteur d’école, nous avons décidé de lui faire doubler sa première année primaire. Son comportement était par moment ahurissant pour une maîtresse, non seulement, elle ne s’intégrait pas, ne faisait rien elle-même, mais perturbait l’ensemble de la classe par des cris d’animaux les plus divers. Elle pouvait aussi manifester des actes de violence à l’égard de ses camarades, notamment les piquer dans le dos avec un crayon bien taillé.

Dès ce moment, nous avons entrepris des investigations sanguines dans un pays limitrophe car à notre connaissance, la Suisse ne connaissait pas à l’époque l’existence de tels tests de laboratoire. Les tests révélèrent qu’elle présentait une intolérance totale aux protéines de lait et au gluten. De plus, ses neuro-transmetteurs révélèrent des traits autistiques. Une enzyme responsable de recycler les acides gras pour le cerveau était au plus bas (la delta-6 désaturase). De toute urgence, nous avons arrêté les protéines incriminées pour les remplacer par d’autres. Elle reçut des substitutions pour les vitamines et minéraux manquants. Dès lors, nous avons remarqué, qu’elle présentait nettement moins de toux, une exception de pain ou de pâtes faisait ressurgir les symptômes instantanément.

Grâce à la patience de sa maîtresse de première année et à la volonté d’aider notre fille (cette dernière lui tenait la main pour l’aider dans l’apprentissage de la lecture), elle fit quelques progrès qui lui permirent de passer en deuxième primaire.

Tout fut entrepris pour l’aider, de l’aide psychologique, de la visite au neuro-pédiatre (sa conclusion fut qu’elle ne présentait pas les symptômes bien connus d’hyperactivité et de déficit d’attention), beaucoup de stimulations, des encouragements, nous passions des heures à l’aider dans ses devoirs. Elle reçut aussi beaucoup de compléments d’acides gras, (des bonnes graisses, celles que l’on nomme aujourd’hui les oméga 3) et aucune exception à son régime alimentaire. Ce qui était frappant, c’était que la moindre exception à ce régime, provoquait une péjoration très nette de son écriture.

Ce fut le parcours du combattant, car tout ce qu’elle entreprenait, devait être accompagné, sinon elle s’arrêtait instantanément pour mettre son pouce dans la bouche. Elle était très lente dans ses activités, et était incapable de faire un travail en classe sans l’accompagnement de sa maîtresse. A la rythmique, elle semblait un pantin désarticulé. Dans l’ensemble, on aurait dit que rien ne l’intéressait. Elle ne présentait pas les stéréotypies (gestes répétés sans arrêt) des enfants clairement déclarés autistes, mais elle avait des petites manies, elle était incapable de s’endormir, si ses pantoufles n’étaient pas rangées géométriquement. A l’école, elle ne commençait rien, sans mettre son crayon et sa gomme dans un ordre bien particulier et cela parfois des centaines de fois, il fallait l’arrêter et l’inciter à entamer son activité sans quoi, il ne se passait jamais rien. Contrairement à certains enfants autismes qui sautent ou bougent tout le temps, elle paraissait plutôt lymphatique, mais se tortillait le corps très souvent dans tous les sens.

Petit à petit, son comportement s’améliora. En jargon non médical, on aurait dit que son cerveau se réparait. A la maison, elle devint de plus en plus agréable et disait tout le temps merci pour ce que l’on faisait pour elle.

Elle ne commença à s’intéresser vraiment à ses camarades qu’en 3 ème primaire. Elle réussit plus à passer dans les degrés supérieurs par la bienveillance de l’inspectrice que par ses réelles capacités.

Nous avons soutenu et encouragé Eléonore du mieux que nous le pouvions, c’était un investissement de chaque instant. Le parcours du combattant, toute la famille s’y est mise, car pour apprendre une dictée, il lui fallait passer des heures dessus, et encore ce n’était pas garanti. Si la maîtresse ne faisait pas un temps d’arrêt pour elle, elle n’écrivait plus rien. Force est de constater que bien qu’elle soit bien plus lente qu’un autre enfant, elle a d’autres capacités qui se sont nettement développées notamment en musique (le chant et un instrument à corde où elle progresse bien), mais son point le plus fort est la mémoire. Elle n’oublie jamais rien et si je perds quelque chose, elle me le retrouve. Elle est aussi très apte à imiter les accents des langues étrangères.

Les réels progrès commencent à se voir cette année. (10 ans). Elle ne semble plus du tout disloquée, descend les escaliers en courant ce qui était impossible jusqu’à 8 ans, elle a appris à sauter à la corde en une journée alors que c’était une activité très difficile pour elle avant, elle a enfin demandé à apprendre à aller à vélo et à éplucher et couper les légumes, cette activité était encore impossible à 9 ans. Elle mange ses repas plus vite et a moins besoin d’être sollicitée pour finir son assiette.

Elle paraissait assez normale au contact d’un adulte la stimulant, mais livrée à elle-même surtout à l’école devant une épreuve, elle ne pouvait pas faire grand-chose.

A l’école, elle a encore beaucoup d’insuffisances, mais elle prend des initiatives et tant son écriture que sa lecture se sont améliorées. Son contact avec ses camarades s’est considérablement amélioré, elle est invitée et prend de plus en plus l’initiative de les contacter.

C’est la première année où elle arrive à faire quelques devoirs, seule. En revanche, les maths restent sa bête noire.

Des tests psychologiques ont démontré récemment qu’elle a entièrement récupéré son retard mental, au niveau du potentiel, qu’elle a une mémoire nettement meilleure que la plupart des enfants, il semblerait même que tous ses apprentissages soient le fruit de sa mémoire. Elle a besoin de plus de temps pour restituer les informations. Un exemple étonnant, on lui montre des figures sur une feuille, puis on retourne la feuille et on lui demande de les restituer. Elle reste un grand moment sans rien dire, comme si elle ne pouvait se souvenir d’aucun dessin, puis subitement, elle les restitue tous. Schématiquement, elle aurait à nouveau les « tiroirs » pour y mettre de la connaissance. En revanche, ses acquis restent insuffisants.

En quatrième primaire, elle n’a pas atteint les objectifs et nous allons prochainement prendre une décision pour son avenir scolaire, mais de l’avis de plusieurs médecins consultés, il est important qu’elle côtoie des enfants qui la stimulent, car au contact d’enfants ayant des difficultés, elle régresse. De l’avis de son médecin, elle progresse régulièrement, il faut être patient, la laisser se reconstruire, et l’avenir nous dira, si elle peut tout récupérer. En revanche, ses tests psychologiques ont nettement démontré qu’elle n’a plus de symptômes s’apparentant à l’autisme. Ce qui est très encourageant. Il est clair, que ce n’est pas maintenant, qu’il faut oublier la stimulation.

Merci de considérer que les pubs ci-dessous n’ont aucun lien avec le sujet traité, elles apparaissent spontanément sans que l’auteur du blog puisse s’y opposer, c’est la condition sine qua non pour pouvoir bénéficier de ce blog.

et également de ne pas faire attention aux dates liées aux textes, en effet pour pourvoir mettre les textes les uns derrières les autres, il faut modifier les dates, sinon, le dernier texte écrit se place en premier. Pour une meilleure compréhension, il est préférable que le texte sur l’histoire d’Eléonore figure en premier.

Ce texte a été composé en été 2006. Depuis, Eléonore a énormément évolué elle est aujourd’hui en fin 2008 complètement guérie, même si elle peut bien sûr encore progresser, mais comme tous les enfants de son âge. Si vous souhaitez connaître l’évolution, merci de lire les textes suivants. Tous les 6 mois, je fais un bilan des progrès d’Eléonore.

Nous sommes maintenant fin avril 2009. Eleonore vient de passer 3 ans dans son école privée et miracle, au mois d’août, elle pourra réintégrer l’école publique, à savoir le début de l’enseignement secondaire, puisqu’elle est inscrite pour le cycle d’orientation. De tels progrès en 3 ans paraissent inimaginables. Elle n’a plus aucune trace de son autisme régressif, a tellement progressé en chant avec sa professeur cantatrice. Physiquement, elle est métamorphosée, tant sur le plan de la santé que sur l’image qu’elle montre d’elle. Son sens de l’observation et sa mémoire dépassent de loin ceux d’un enfant de son âge qui n’a pas été touché par sa maladie.  Elle a aussi été très aidée par le traitement en homéopathie séquentielle selon la méthodeElmiger. Bien sûr, nous continuons le régime sans gluten et sans lait de vache, les enzymes, la flore intestinale, les oméga 3, le zinc, le fer, la vitamine D et le calcium, ainsi qu’une alimentation le plus possible biologique.

Eléonore donne de l’espoir à beaucoup d’enfants sur l’incroyable pouvoir de régénération du corps humain et de l’esprit pour autant que l’on prenne les choses à coeur et en main. Merci à elle!

25 Réponses à “Récit d’Eléonore avant et après le vaccin de la rougeole”

  1. » de l’importance de la stimulation - Archive du blog - Unissons-nous pour comprendre dit :

    [...] Unissons-nous pour comprendre questionnement des parents à propos des conséquences de la vaccination « Récit d’Eléonore avant et après le vaccin de la rougeole [...]

  2. joanne vanini dit :

    cette histoire m’a beaucoup intéressée et l’on voit bien qu’il y a dû y avoir un problème avec le vaccin de la rougeole. On voit aussi toute l’efficacité du régime sans gluten et sans produits laitiers. C’est encourageant !!!

  3. Philippe dit :

    Bonjour,

    Merci de votre appel et comme promis, l’adresse de votre blog a été transmise aux personnes citées lors de notre conversation qui, elles-mêmes, la retransmettront à d’autres, tant ce témoignage est émouvant et révélateur.

    Main dans la main…

    Amitiés

    Francine et Philippe

  4. laurent dit :

    bonjour
    ce temoignage me donne un peu de baume au coeur
    mon fils benjamin, a 4ans et depuis l’age de deux ans fais des crise d’epilepsies qui revienne regulierement tout les quatres a cinq mois
    le probleme est qu’iparle tres mal , sont language est tres pauvre
    il a du mal a memorisé les couleurs ainsi que pas mal de chose
    je ne sais pas si il y a une cause a effet ,vaccin maladie
    mais on essaye toujours de trouver une justification a sa maladie
    qu’ est ce qui a bien pu cause cette p… de maladie
    il a du mal a se concentrer est souvent malade , quand j’essaye de lui faire prononcer un lettre telle que le f pour enrichir son vocabulaire
    il doit regarder ma bouche , mais fuis mon regard ne veut pas il s’en
    vas
    j’aimerais trouver une façons de l’aider
    je suis tomber sur ce blogue et j’aimerais essayer ce regime (sans gluten et lait ),pour voir si il peut y avoir une amelioration de sont etat
    quelqu’un peut il me donner des info
    merci
    lolo de bastia

  5. latifa dit :

    Réponse à Lolo de Bastia. Pour l’épilepsie vous pouvez faire préparer un remède homéopathique très efficace, qui a fait ses preuves, à la pharmacie des Bergues à Genève. Adressse 25, quai des Bergues. fax: 022 738 76 44.

  6. Didier Vardet dit :

    Bonjour,
    Vu que manifestement il reste des traces du vaccin de la rougeole, et que vous ne semblez émettre aucun doute sur lequel des vaccins a posé problème, pourquoi ne pas essayer la thérapie de Elmiger, si ce n’est pas déjà fait ?
    Si vous voulez être sure des dilutions à appliquer, des protocoles de test musculaire en transfert (sur vous pour votre fille) peuvent les déterminer.
    N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations.
    Bien cordialement,
    Didier Vardet

  7. sophie dit :

    bonjour, je découvre votre blog aujourd’hui, grâce à un lien qui a été mis sur le mien. Je suis subjuguée, émue aux larmes car votre combat avec éléonore est tellement proche de ce que nous vivons avec notre fils!
    bravo à vous, bravo à elle et je reviendrais très vite, j’ai beaucoup de choses à lire sur votre blog! permettez vous que je vous mette en lien sur le mien?
    amicalement
    s.

  8. LAURENCE dit :

    bonjour,

    je suis maman d’un petit garçon diagnostiqué autiste atypique, il aura bientôt 3 ans, je pense qu’il est autiste de naissance, mais le vaccin INFANRIX QUINTA n’a du rien arranger……….nous faisons une méthode de stimulation des 3i (méthode par le jeu). Nous commençons le protocole DAN avec un médecin de Paris : il est au régime SGSC depuis 4 mois et avons découvert dans ses urines (test porphyrines) du mercure, alu et plomb……les intestins sont également touchés, il a des diarrhées depuis la naissance : encore aujourd’hui……….qu’est-ce cette méthode ELMIGER, cela fait 30 ans que je me soigne à l’homéopathie, je ne connais pas…..et cela est pour la maman d’Eleonore : que me conseillez-vous pour mon loulou ? il parle à peine, a de nombreuses stéréotypies, bref l’autisme est là, installé…………….il prend des omégas 3, suppléments vitaminiques, et vient de commencer à prendre des enzymes. Qu’est-ce qui marche le mieux ???
    merci pour vos réponses à tous…

    Laurence du NORD

  9. Sophieethugues dit :

    Bonjour,

    Merci !

    Votre témoignage me donne les larmes aux yeux.
    Oui c’est un merveilleux message d’espoir, mais aussi un message qui nous incite parents à être vigilants pour nos enfants.

    Mes filles ont souffert d’eczéma et l’une d’entre elle Ninon d’un eczéma très sévère, purulent et inecté qui brisait ses liens sociaux.

    Depuis l’éviction des laitages et du blé et des céréales mutées…, elles n’ont plus rien. Mon médecin m’a dit qu’on allait les laisser tranquilles avec le ROR.
    J’ai crée un blog d’entraide contre les allergies et pour les personnes désirant adopter une alimentation favorisant la santé.
    J’y ai mis votre blog en lien.

    Sophie
    http://sophieethugues.eklablog.com

  10. HILLEREAU LILIANE dit :

    bonjour, etes vous didier vardet?
    pouvez vous me donner votre mail
    merci et bonne soirée

  11. jaunet eddie dit :

    bonjour , je suis un papa veuf , j’élève mes 3 enfants tout seul et je vais vous parler de Yoann . Yoann est un petit garçon jumeau avec sa soeur qui sont nés prématurément . Sa soeur et yoann grandissent comme il faut. Jusqu’en l’espace de 15 jours à l’âge de 1 an et demi , yoann se métamorphose radicalement sans savoir ni pourquoi , ni comment . Ce petit garçon s’isole , ne répond plus lorsque l’on l’appelle , il ne joue plus , il ressemble à une statue : c’est dur … Dans un premier temps , on lui fait subir un test d’audition : ça va , donc la question est pourquoi il n’y a pas de réaction de sa part ?… quelques temps plus tard , il est pris en charge par le CAMSP j’usquà ses 3 ans … Entre temps sa maman décède , mais je continue le combat avec une idée dans la tête : Pourquoi mon fils a changer en l’espace de 15 jours ?… Que s’est il passée ?… les années passent , pour arriver à ses 3 ans ou là il est pris en charge par l’organisme de l’IPIJ . Yoann fait de petits progrets mais il peut les perdres aussitôt . A ce momment là , on commence à me dire qu’il est autiste : c’est un bon point de savoir une chose sur son état . Je lance ma curiositée sur ce sujet là et je me rends compte très vite que ça va être difficile pour lui et pour moi . Je fais des recherches sur les différentes forme d’autisme et je tombe sur la dysphasie . J’en parle à la directrice et elle approuve la dysphasie et elle rajoute : à un degrès profond . Je continue mes recherche pour en savoir la cause , génétique et autres … jusqu’à , il y a trois jours , je vais sur des sites américains traitant sur les autistes et je me rends compte que l’autisme peut être provoqué par le vaccin du ROR . Je recherche sur d’autres site pour en avoir le coeur net . Je regarde le carnet de santé de mon fils et je m’aperçois qu’en juin 2005 il reçoit une injection d’engerix b 10 , juste avant qu’il change de comportement . Sachant que c’est un vaccin qui contient du thimersol , un dérivé du mercure . Je ne panique pas et à ce jour , je continu à m’occuper de mon fils avec les difficultées que cela comportent , language quasi inexistant , pas propre , des crises , problèmes de scolarité etc … alors une question me vient à l’esprit : que doit je faire ? est ce qu’une personne peut me conseiller sur mon cas ? quels sont les organisme à contacter pour m’aider ? dans l’attente d’une réponse je continue à aimer mon fils Yoann ainsi que sa soeur jumelle et son frère ainé …

  12. Didier Vardet dit :

    Bonjour,
    Vous trouverez mon adresse e-mail sur mon site web.
    Bien cordialement,
    DV

  13. laffite dit :

    Chère Madame L’Auteur de ce Blog,

    Je me permets de vous écrire en ce jour afin de vous témoigner toute ma reconnaissance. Je m’explique :
    A l’été 2011, ma fille et moi, avons vécu un enfer pendant un mois et demi, suite à une primo-vaccination ROR (priorix), enfer que je décris un peu plus bas.
    A cette époque, tandis que l’état général de Colombe me paraîssait s’aggraver, je me suis mise à chercher des réponses, et des remêdes, partout, y compris sur internet (sur lequel j’ai par ailleurs l’habitude de faire des recherches). Et je suis tombée sur votre blog. Vous y parliez du Dr Jean ELMIGER… J’ai alors visité son site, et ce médecin m’a inspiré confiance ; et puis, partant du fait que les anti-homéopathie prenne cette dernière pour un placebo, de toutes façons je n’avais rien à perdre… et lui ai écrit un message dont voici une grande partie :
     » Cher Docteur,
    Je m’adresse à vous comme je lancerais une bouteille à la mer si j’étais prisonnière d’une île déserte.
    Colombe, ma fille de 17 mois est malade depuis trois semaines suite au vaccin ROR (priorix) fait une quinzaine de jours avant les premiers symptômes (…). Je suis très inquiète et ne sais plus comment l’aider.
    Les symptômes ont commencé par le refus d’aller dans les bras d’autres personnes que moi, et le refus de dormir, une petite fièvre (38°C) puis éruption de quelques boutons (un peu sur le visage puis sur les jambes), et perte très notable d’appétit, ensuite elle semblait avoir des problèmes intestinaux, beaucoup de flatulences, puis une légère constipation et désormais des selles nombreuses (parfois 4 à 5 par jour) et non formées.
    Elle a de gros troubles du sommeil. Avant je la mettais au lit et deux minutes après elle dormait, faisait ses nuits et ses siestes sans aucun problème. Désormais ces temps de sommeil sont très courts, elle refuse de s’endormir seule, elle lutte contre le sommeil et j’ai l’impression que c’est de pire en pire, par exemple la nuit dernière nous sommes restées éveillées de 1h à 5h du matin, j’essaye tout et rien ne marche. Jusqu’ici si je la prenais en dernier recours dans le lit avec moi et que je la mettais au sein (car je l’allaite toujours) elle s’endormait, mais même ça ça ne fonctionne plus, elle tête plus énergiquement que d’habitude (même la sucette) et pince ma poitrine ou son oreille ou son visage pendant très longtemps…
    Elle qui était plutôt très tonique, est maintenant hypotonique, n’arrête pas de tomber et bave. Soit elle marche en long et en large, soit elle se colle à moi. Elle qui était si souriante, si agréable à vivre, si sociable, est devenue grognon, faisant les gros yeux tout le temps, veut sans arrêt que je la porte, râle ou pleure en permanence…
    J’ai le sentiment que les choses s’aggravent. (…) (nous mangeons bio…)  »
    Je rajouterais que Colombe n’avait, jusque-là, été que très rarement malade. Le ROR était la sixième injection de vaccins qu’elle recevait depuis sa naissance.

    Bien qu’étant à la retraite, le Docteur Elmiger m’a tout de suite répondu et conseillé de lui donner d’urgence l’iso du Priorix, ainsi que de prendre contact avec l’un de ses élèves. J’ai donc donné à Colombe cet « antidote », qui était aussi mon dernier espoir… (ce traitement était la cinquième pratique que j’essayais de mettre en place pour aider ma fille…) et comme par miracle, au lendemain de chaque prise, qui était au nombre de quatre, je l’ai vue redevenir un peu plus elle-même, de façon très nette… Comme si elle avait chaque jour perdu une partie différente des symptômes. Après ces quatre jours, il lui a encore fallu quelques semaines de réacclimatation pour retrouver ses anciennes habitudes de sommeil, de repas, d’indépendance, de joie etc… Et elle est redevenue comme avant………………

    Si j’essaie de poser clairement la chronologie des faits cela donne :
    - premiers symptômes environ 2 semaines après la vaccination (avec aggravation des symptômes et apparition de nouveaux symptômes au fil des jours suivants)
    - iso du Priorix ingéré environ 5 semaines et demi après la vaccination
    - complètement rétablie environ 7 semaines et demi après la vaccination

    Afin d’essayer d’être impartiale, je dois rajouter – dans ce témoignage – que mon entourage, qui ne vit pas au quotidien avec nous, était très sceptique sur tout ce que je racontais… ce que je peux comprendre car, quand ils voyaient ma fille, ils s’amusaient avec elle quelques minutes, et la voyant réagir plus ou moins comme d’habitude, en concluaient que j’allais trop vite en besogne quant à mes inquiétudes, mes pistes de réflexion, mon ébauche de « diagnostic », etc… mais, s’il est vrai que dans ces moments-là, revoir des proches la sortait ponctuellement, un petit peu, de son état de « mal-être » permanent, c’était justement dans les moments où elle était moins sollicitée que son comportement n’était plus du tout comme d’habitude, pour ne citer qu’un seul exemple, elle ne voulait, ou ne pouvait, plus dormir !… Autour de moi, tant qu’auprès de médecins ou personnel du corps médical, je n’ai trouvé que scepticisme, ou au mieux, dubitativité, mais certainement pas de réponses ou de solutions… Jusqu’à ce que je tombe, gràce à vous, sur l’Isothérapie Séquentielle du Dr Elmiger…
    De plus, je dois ajouter que je suis tout le temps avec Colombe (24 heures par jour) et ce depuis toujours. Cette proximité au quotidien avec mon enfant, m’a sûrement permis d’être rapidement sensibilisée à toute une série de changements, plus ou moins importants, dans tout un nombre de domaines… et aussi d’avoir du temps à consacrer tout de suite à la recherche d’explications…
    D’autre part, certes, il serait peut-être plus facile de me laisser convaincre, maintenant que Colombe est complètement rétablie, que j’ai exagéré ou qu’elle se serait remise même sans l’iso du priorix, mais au fond de moi je ne sais que trop le sentiment vertigineux qu’il me reste de cet épisode qui a eu lieu il y a presque six mois. J’ai clairement le souvenir d’avoir vécu la « peur de ma vie »… avant qu’un véritable « miracle », qui a commencé au moment où je vous ai lue, ne vienne me libérer de cette insoutenable situation…
    Un immense merci du fond du coeur pour votre courage et votre générosité, et surtout pour votre blog !…
    Et en ce début d’année, je vous souhaite à vous, et à Eléonore, une excellente année 2012.
    Désormais, pour moi, nos filles sont comme des soeurs…

    Claire-Lyse Laffite

  14. Aixur dit :

    Moi aussi j’ai eu à faire face à ce genre de problème, mais chez une personne âgée.

    Voici le témoignage que j’ai mis sur mon site :

    http://www.repenser-la-medecine.com/quotidien/non-classe/vaccin-contre-la-grippe-et-alzheimer-un-temoignage/

    Une proche parente s’est fait vacciner contre la grippe pendant environ 6 ou 7 ans ; et ce, jusqu’à il y a 2 ans. Son âge était de 70 ans environ quand elle a commencé à se faire vacciner.

    Or, il se trouve que quasiment à chaque fois qu’elle s’est fait vacciner, le jour même, j’ai pu constater une baisse de niveau intellectuel et des problèmes de mémoire. Tout d’un coup, des personnes relativement connues de la télévision n’étaient plus reconnues. Les raisonnements étaient de moins bonne qualité. Il y avait tout d’un coup un coté « petite chose » qu’il n’y avait pas avant (par « petite chose », j’entends un coté plus facilement effrayé, s’excusant plus, alors que ce n’est pas le genre d’habitude). Il n’y a qu’une fois où il ne s’est rien passé.

    Ce phénomène durait environ 7 à 10 jours de façon aussi intensive que durant les premiers jours. Puis, pendant 2 à 5 mois, le phénomène perdurait de façon beaucoup moins forte, et en allant en s’améliorant de plus en plus. Globalement, ça allait. Mais il y avait comme un je ne sais quoi au niveau général qui n’était pas comme d’habitude (le coté « petite chose » évoqué plus haut, et parfois des raisonnements justes, mais bizarrement amenés). Il y avait quelques moments du même genre que ceux de la première crise, mais très épisodiques (par exemple 4 ou 5 fois en décembre et janvier, 2 ou 3 fois en février et 1 fois en mars) et n’arrivant que par flashes de maximum une ou deux heures. Ce je ne sais quoi d’inhabituel diminuait donc de plus en plus. Et vers le mois d’avril, tout était redevenu comme avant. Et tout était normal jusqu’à octobre ou novembre, où là, à nouveau, le jour de la vaccination, le problème réapparaissait. Et c’était bien le jour même de la vaccination, pas 7 jours, ou 10 jours après. Non, c’était le jour même.

    Une ou deux fois, je n’ai pas su si elle s’était fait vacciner, mais j’ai pu le déterminer simplement à cause de son état mental.

    Il s’agit donc d’une expérience sur 6 ou 7 ans. Il ne s’agit pas d’une expérience qui n’aurait duré que 2 ans et qui n’aurait donc aucune signification. Là, sur 6 ou 7 ans, toujours au même moment, il y a très peu de chance que ce soit un hasard.

    Finalement, j’en ai parlé à la personne. Elle a arrêtée de se faire vacciner contre la grippe. Et comme par hasard, le problème ne s’est plus jamais présenté. Elle est en fait mieux intellectuellement maintenant vers 80 ans qu’il y a 6 ans.

  15. Anon optics dit :

    … [Trackback]…

    [...] Read More Infos here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  16. les bons plans dit :

    … [Trackback]…

    [...] Find More Informations here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  17. my website dit :

    … [Trackback]…

    [...] Read More here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  18. one day dit :

    … [Trackback]…

    [...] Read More here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  19. photovoltaïque dit :

    … [Trackback]…

    [...] Read More here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  20. Packers And Movers Pimpri Pune dit :

    … [Trackback]…

    [...] Find More on: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  21. โหลดหนังโป๊ dit :

    … [Trackback]…

    [...] Informations on that Topic: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  22. acheter des votes dit :

    … [Trackback]…

    [...] Find More Informations here: emmanuelleseve.unblog.fr/2006/07/11/recit-deleonore-avant-et-apres-le-vaccin-de-la-rougeole/ [...]…

  23. maillot de foot pas cher avec flocage dit :

    I always used to study paragraph in news papers but now as I am a user of net so from now I am using net for content, thanks to web.
    maillot de foot pas cher avec flocage http://www.park-usa.com/dialogs/site-de-maillot-de-foot-pas-cher-2014.html

  24. ugg ブーツ dit :

    This is very interesting, You’re a very skilled blogger. I’ve joined your rss feed and look forward to seeking more of your wonderful post. Also, I’ve shared your website in my social networks!
    ugg ブーツ http://www.thesmithfamily.org.au/uggboots.html

  25. laffite dit :

    je suis claire-lyse laffite, la personne qui a témoigné ci-dessus le 23 janvier 2012. Je souhaiterais faire disparaitre de la toile ce témoignage, car je me suis trompée. A l’époque de la réaction de ma fille au vaccin ROR, j’ai essayé plusieurs remèdes qui ne mettaient pas la vie de mon enfant en danger. Et la thérapie du docteur elmiger étant le dernier remède qu’il me restait à essayer, j’ai mis tous mes espoirs dans celui-ci, et je me suis convaincue qu’il allait sauver mon enfant. Avec le recul, je pense que le rétablissement de mon enfant a seulement était concomitant avec la prise de ce remède, rien de plus. Je pense que ma fille s’est remise d’elle-même. Je suis certaine de m’être fourvoyée à l’époque. J’ai tout simplement confondu croyance et certitude. Ce qui est grave. Je pense que l’homéopathie en général n’est rien de plus qu’un placebo, et je regrette fortement d’avoir participé à la tromperie en témoignant d’une chose pour laquelle je n’avais aucune preuve. Par ce message, je me désengage totalement de ce que j’ai raconté ci-dessus en 2012, en espérant qu’il n’ait pas engendré de conséquences malheureuses, et qu’il n’ait causé de mal à personne. Si tel est le cas, je présente mes excuses à ces personnes, du fond du cœur.

Laisser un commentaire